LE STRESS

 

          

Stress est un terme qu’on entend de plus en plus souvent, la plupart du temps en référence à un état de malaise ou de mal- être que la ou les personnes concernées donnent comme cause de tous les maux.

 

Accordons-nous un instant pour réfléchir à ce concept si souvent évoqué.

 

Quand nous parlons aujourd’hui de stress, ce n’est pas vraiment dans l’acception parfaitement correcte du terme, car à l’origine la signification du mot est totalement neutre (stress en physique indique un effort, une tension, une sollicitation à laquelle sont soumis des métaux et à leur capacité à s’adapter).

 

C’est le physiologiste Hans Selye qui introduit le concept de stress, le définit comme la faculté du corps à s’adapter face à des situations nouvelles, et donna le premier le concept de stress positif (eustress) et de stress négatif (distress).

 

Lorsque nous disons, dans le langage habituel, que quelqu’un est stressé nous parlons en général du stress négatif, mais dans la réalité, le stress nous accompagne tout au long de notre vie, et en tant que tel, n’est rien qui doive être évité.

 

Selye le définissait comme : « le sel de la vie ».

 

Le stress est plutôt la dépense d’énergie nécessaire à l’adaptation à des circonstances perpétuellement changeantes.

L’absence totale de stress signifie également la mort.

 

En d’autres termes, c’est un phénomène psychosomatique qui permet à l’homme de réagir aux tensions, à la fatigue, à la colère et aux situations vécues comme négatives.

 

Certaines personnes s’arrangent pour mener une vie à l’abri de tout stress et se prémunissent tant qu’il se peut contre les risques prévisibles.

 

Face à un événement imprévu, positif ou négatif, elles se trouvent désorientées : tout changement est source de stress et nécessite un effort considérable d’adaptation (Lowenthal et coll. 1976).

 

Pour d’autres personnes, ces mêmes changements représentent un défi à relever.

C’est l’absence de changements (l’ennui) qui est stressante.

 

Appréciant les expériences nouvelles sous un jour positif, ces personnes sont probablement davantage à l’aise et plus efficaces face à l’adversité que ceux qui la craignent (Lazarus, 1981).

 

Que ce passe-til dans notre corps ?

 

Les toutes premières réponses de notre corps à un stimulus extérieur se produisent au niveau de notre système nerveux végétatif ou involontaire; ce sont la transpiration, la tachycardie, la rigidité musculaire, etc..

 

Parallèlement se produit une réaction hormonale, les glandes répondent aux émotions en fabriquant davantage d’hormones.

Quand il y a trop d’hormones, le bon fonctionnement des organes est compromis et des effets négatifs sur le cœur, les poumons, l’estomac, les reins et les fonctions sexuelles, s’installent et la santé est en péril.

 

En résumé, un état de stress chronique peut toucher l’équilibre physique et mental de la personne en provoquant une diminution de la capacité de défense contre les virus et les maladies.

 

Il y a peu de risques qu’une personne relativement équilibrée devienne malade parce qu’elle vie une situation stressante, à condition de se ménager des moments de détente et de plaisir.

 

On ne peut pas chercher à éviter le stress, mais on peut apprendre à le gérer...

 

Comme on à vu, on ne peut pas vivre sans stress, mais on peut apprendre à éviter l’accumulation des sources de stress, en éliminant ou en gérant l’excès, et si possible, en le transformant en énergie vitale.

 

Voici 10 règles pour contrôler le stress au quotidien :

 

    1. -Le sport - journalier ou hebdomadaire. 

    2.- Trouver un passe-temps ou hobby.

    3.- Un régime équilibré et modération avec l’alcool et le tabac.

    4.- Trouver un moment de détente journalier, musique, promenade, lecture...

    5.- Un sommeil réparateur, éviter thé et café le soir préférer une tisane ou une bonne promenade.

    6.- Penser optimiste - le verre à moitié plein et non à moitié vide.

    7.- Garder la tète sur ses épaules , parler avec des amis, communiquer et ne pas se refermer sur soi, avoir une attitude                           ouverte.

    8.- Le travail reste au travail, vie privée et professionnelle ne font pas bon ménage.

    9.- Consulter un médecin ou un thérapeute si le mal-être s’installe, jamais d’automédication.

  10.- L’humour, rire chaque fois qu’il est possible est un excellent moyen de détente et une source inépuisable d’énergie.

 

Deux exercices pour mieux gérer le stress :

 

A) Étendez-vous sur le dos, relâchez vos muscles. Vous devez ressentir le poids de votre corps reposer sur le matelas ou le sol.

Posez vos mains à plat sur l’abdomen, sans appuyer, inspirez doucement par le nez, ne cherchez pas à remplir votre poitrine, mais votre ventre, vous devez sentir vos mains se soulever.

Expirez de la même façon par le nez et à fond, vos mains doivent s’abaisser en même temps que le ventre.

Votre respiration doit être silencieuse. Si vous éprouvez de légers vertiges, cessez l’exercice. Avec la pratique, les vertiges disparaîtrons 

 

B) Assis confortablement sur une chaise, croisez les jambes au niveau des chevilles, et faites de même avec les poignets, fermez les yeux et pensez à quelque chose que vous aimez et dites-vous que vous êtes calme et que toutes les contrariétés de la journée sont derrière vous.

Lorsque vous vous sentez relâché décroisez les jambes, et joignez le bout des doigts des deux mains, en conservant l’image que vous vous avez faite, respirez profondément pendant deux ou trois minutes.

Utilisez cette méthode chaque fois que vous vous sentez triste , en colère, ou trop stressé.

Au fur et à mesure que vous comprendrez mieux l’effet que le stress produit sur vous, vous pourrez développer vos propres façons d’y faire face et de libérer vos tensions.

                                                                                                                                                                     © daniel di lione