Le Drainage Lymphatique Manuel

 

 

                                                                          Le DLM* est une technique manuelle destinée à drainer les liquides excédentaires dans les tissus et à améliorer                                                                           la circulation de retour. La caractéristique principale du DLM, et aussi la différence fondamentale avec tout                                                                                     autre massage, est la délicatesse et la force utilisée pour réaliser l’acte du drainage.

                                                                          Vodder décrivait les vaisseaux lymphatiques comme des fils de soie, et comme on peut l’imaginer, la seule                                                                                    façon de stimuler la contraction de ces fils de soie est d’exercer une pression infime.

                                                                         Les mouvements classiques de massage ont pour résultat de comprimer les vaisseaux lymphatiques et, par                                                                                  conséquent, n’exercent pas de drainage.

                                                                         Vodder a mis au point différentes techniques de massage pour stimuler le reflux de la lymphe. La description de                                                                          la force et du mouvement général du DLM ressemble au mouvement d’une patte de chat.

                                                                         Le DLM doit être pratiqué avec douceur et souplesse, une force trop grande provoquerait une occlusion locale et                                                                          entraînerait de nouvelles infiltrations.

 

Nous pratiquons trois mouvements de base :

 

1. Mouvement circulaire avec les doigts à plat,

2. Mouvement circulaire du pouce,

3. Mouvement de pompe avec le creux de la main.

La caractéristique des mouvements circulaires est de décrire en réalité le mouvement que décrirait une roue voilée : la pression exercée augmente progressivement et diminue de la même façon.

La pression maximale lors du DLM superficiel ne doit pas dépasser 20 à 30 mm de mercure. De cette manière, le DLM ne provoque aucune irritation, permet d’obtenir une bonne détente musculaire, favorise la circulation veineuse et les irritations existantes s’en trouvent diminuées.

Les mouvements du DLM doivent suivre un sens bien précis et respecter le sens de la circulation lymphatique. Selon Vodder, le traitement commence toujours par la région du cou et par le « Terminus »(espace rétro-claviculaire gauche et droit). Une fois cette étape finie, on passe à la zone à traiter proprement dite. La zone proximale est traitée avant la zone distale, les mouvements sont répétés de façon rythmique, soit sur un même point, soit en progressant en spirales.

Le traitement ne doit ni faire apparaître de rougeurs sur la peau ni occasionner des douleurs. Le DLM peut faire passer la fréquence de contraction des lymphangions de 5-10 contractions par minute à 50 contractions par minute jusqu’à 1 heure après le traitement.

Le DLM est une technique qui peut être appliquée dans de nombreux domaines, tels que la prévention de la santé, la dermatologie, les traitements pré - et postopératoires, les maladies oedèmathologiques, les inflammations chroniques, les maladies du tissu conjonctif (rhumatisme, arthroses, etc.), en esthétique (acné simple, cellulite, ect.) et en combinaison avec d’autres méthodes thérapeutiques physiques et/ou psychiques.

 

 

 

 

Indications du DLM.

 

Les indications du DLM couvrent un champ d’action très important et englobent des techniques et des pathologies diverses ainsi que des actions esthétiques et relaxantes.

L’indication principale du DLM est le traitement des œdèmes lymphatiques dus à l’ablation des ganglions par la chirurgie (l’exemple le plus courant est la mastectomie), les œdèmes idiopathiques (on ne connaît pas la cause) et les œdèmes post-traumatiques et post-chirurgicaux (saphénectomie, traitement des varices, etc.).

Les œdèmes à caractère allergiques sont traités par DLM avec de bons résultats dans le cadre d’un traitement médical complet et d’une diète appropriée.

Le DLM est indiqué pour le traitement des cicatrices, tant dans les cas de cicatrices postopératoires (réduction des risques de chéloïdes, accélération de la cicatrisation, diminution du risque d’infection), que dans les cas d’ulcérations (décubitus, ulcères du diabétique, ulcères de position, etc.).

L’effet est d’améliorer l’apport de substances reconstituantes, d’augmenter la circulation et d’augmenter les défenses immunologiques.

Le DLM augmente les défenses immunitaires tant dans les cas de traitement local que dans les cas de diminution des défenses générales du corps (le DLM ne doit pas être appliqué dans les cas aigus).

Le DLM a une action relaxante et antalgique due généralement à la façon lente et rythmée du massage.

Le traitement de la cellulite par le DLM est très recommandé avec des exercices et un régime appropriés.

En résumé, on peut donner deux champs d’application au Drainage Lymphatique Manuel :

1. Thérapeutique : lymphœdèmes et œdèmes veineux, lésions traumatiques, inflammations chroniques, maladies du système digestif, maladies du tissu conjonctif (rhumatisme, arthroses, arthropathies), problèmes dermatologiques et immunologiques.

2. Esthétiques : acné simple, prévention des vergetures, cellulite, jambes lourdes, rétention d’eau, cures d’amaigrissement, amélioration de la cicatrisation et de l’absorption des hématomes, traitement des vergetures pendant et après la grossesse, avant et après une intervention chirurgicale esthétique.

 

 
 

Contre-indications

 

Dans le Drainage Lymphatique Manuel, on distingue deux types de contre-indications :

 

         1. Contre-indications absolues :

 

            infections en phase aiguë, tuberculose, tumeurs malignes suspectées (traitement seulement avec ordonnance                   médicale),

 

         2. Contre-indications relatives :

 

             insuffisance rénale (selon phase de la maladie et traitement en cours), insuffisance cardiaque, asthme,                                hyperthyroïdie.

 

 

 

                                                                                                                                                                    © D. Di Lione 2000